Journée nationale de gréve des hydrauliciens le 13 Mars

Comme il était malheureusement prévisible, l’Etat s’entête dans une obstination bornée et incompréhensible pour l’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques.

Bornée car l’Etat n’écoute absolument pas les partenaires sociaux français.

Incompréhensible car l’intérêt général du service public est complètement massacré.

Les entrevues régulières avec les conseillers du gouvernement, MM Peillon et Normand, sont malheureusement à cette image.

Des technocrates croyant détenir le savoir et imposant leur parole comme définitive.

Des appels d’offres ouverts sous forme de paquets 

L’Etat lance donc l’ouverture sous la forme suivante :

Les concessions seront regroupées en paquets selon leur date de renouvellement.

Ces paquets pourront regrouper 3,4,5 voire plus, concessions.

Or, il est défini, pour chaque paquet, une puissance maximale attribuable à un même candidat

Ex : Un paquet regroupe 3 concessions de 20, 50 et 100 MW, avec une puissance maxi attribuable de 100 MW.

Le candidat récupérant la concession de 100 MW ne pourra obtenir aucune des deux autres.

EDF grand perdant de ce jeu de marché

EDF ayant le plus gros parc mis en jeu, cette disposition nous fait de facto perdre des concessions.

Les UP seront donc en concurrence pour candidater, et sur certains paquets, les GEH le seront.

(Sur l’UPSO, un paquet met ainsi en concurrence l’Arn et la Rive Gauche de l’Aude).

Cette mesure amène donc à une situation ubuesque : la meilleur offre pourrait ne pas être retenue.

On s’éloigne donc de l’intérêt général pour arriver à un morcellement complet et destructeur.

Nous vous invitons à consulter la réponse du Ministre M. Hulot à Mme Battistel lors des questions aux gouvernements.

Appel à la défense des concessions

L’intersyndicale appelle d’ores et déjà à une journée d’action le 13 mars prochain afin de s’opposer

à ce démantèlement du service public de l’électricité.

Notre projet

Une alternative est pourtant possible :

L’Etat ou les collectivités territoriales peuvent décider d’un classement stratégique de la gestion de l’eau

et ainsi écarter toute forme de mise en concurrence pour revenir à une gestion intégralement publique.

La CGT à rencontré Mme Batho, ancienne Ministre de l’écologie ou encore Mme Vieu députée européenne,

afin de leur soumettre notre projet, auxquelles ces élues ont adhéré.

Il suffit juste de le vouloir.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.